Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil

Vous recherchez une ressource pédagogique numérique dans le domaine de l’environnement et du développement durable ?

Ce moteur de recherche permet de rechercher des ressources parmi différentes catégories :

  • Celles des établissements adhérents d'UVED où vous trouverez les ressources propres à ces établissements
  • La catégorie "Ressources UVED" qui rassemble les ressources financées ou co-financées par UVED via ses appels d'offres

Ressources inventoriées grâce au format Dublin Core

Résultats

1585 résultat(s)

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>


Les algues, sources de molécules santé ?

Algues brunes ou rouges Dessous la vague bougent Que goémons Que des fleurs arrachées Se mourant comme les Noirs goémons Que l&#039;on prend, que l&#039;on jette Comme la mer rejette Elle avait la langueur Et le goût et l&#039;odeur Les goémons Au-delà des poèmes, des algues échouées sur nos côtes, des makis dans les restaurants, les algues marines foisonnent d’éléments rares oligo-éléments, acides aminés, fibres, protéines, vitamines… Les algues sont très utilisées dans la médecine chinoise depuis des millénaires. Par leur grande diversité biologique, elles constituent une source de nouveaux principes actifs intéressants dans les secteurs agro-alimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques. Plus de 15.000 composés originaux ont été chimiquement déterminés. Les produits dérivés des macroalgues ont ainsi une large gamme d’activités biologiques, antibactérienne, antifongique, antivirale, anticoagulante, antitumorale, antimalariale, anthelminthique, anti-inflammatoire, antiprotozoaire… Par ailleurs, la valeur nutritionnelle des algues est exceptionnelle et elles possèdent un goût raffiné. La consommation régulière des algues contribue donc à maintenir une bonne santé et à prévenir une foule d’affections. Un drôle de légume à découvrir ! Par Nathalie BOURGOUGNON, professeure d’Université, directrice du Laboratoire de Biotechnologie et Chimie Marines (LBCM), Université Bretagne Sud.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
Entretien #121 avec Ammara Bekkouche

Projet de recherche : &quot;L’urbanisme écologique dans le processus d’aménagement urbain. La question des espaces verts à l’épreuve des changements de paradigmes&quot; Cette recherche vise à mener une réflexion sur la reproduction des espaces verts urbains alors que les contextes de leur étude sont changeants et qu’ils soulèvent des enjeux socio-économiques variés. C’est pourquoi, de nouveaux principes méthodologiques contribuent à renouveler la conception des préceptes de l’écologie urbaine. L’approche utilisée de développement durable prend en compte les conséquences de la fragilité de tels espaces verts sur leurs coûts d’entretien. Dans le cadre de l’urbanisme écologique, il s’agit d’étudier le lien entre la recherche scientifique et l’action opérationnelle. De même, la corrélation est à faire entre l’urbanisme et la biodiversité. Les espaces verts sont également considérés comme des lieux de médiance en lien avec les pratiques sociales et les initiatives citoyennes. De telles mises en liens amènent à soulever la problématique de la recherche pluridisciplinaire. De plus, l’exploration du concept de résilience urbaine produit elle-même des changements qu’il s’agit d’interpréter. Biographie Ammara Bekkouche est architecte-urbaniste diplômée de l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger (EPAU). Professeure retraitée de l’enseignement supérieur en Algérie, elle a enseigné l’architecture et l’urbanisme à l’Université des Sciences et de la Technologie d’Oran (USTO). Elle est actuellement chercheure-associée au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC) à Oran. Dans la continuité de ses travaux sur l’urbanisme écologique, elle cherche à approfondir le sujet des espaces verts publics à travers le prisme de la multifonctionnalité des pratiques, des méthodes et des modes de gestion incluant les professions de l’aménagement urbain. Ses réflexions à ce titre l’amènent à distinguer différents aspects de l’écologie urbaine allant des pratiques sociales à la valorisation économique des espaces verts. Une telle valorisation économique de ces espaces privilégiés est rendue possible en se basant sur des normes quantifiables. De même, des valeurs socioculturelles sont nécessaires pour symboliser le patrimoine historique et l’identité du lieu. Elles soulèvent les questions de résilience urbaine et d’adaptabilité des paysages socio-écologiques. Les ambivalences des paradigmes mis en œuvre en écologie urbaine nourrissent la production de connaissance par des concepts émergents tels que la médiance et les capabilités.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
Agriculture urbaine et autosuffisance alimentaire à Albi / Jean-Michel Bouat

Agriculture urbaine et autosuffisance alimentaire à Albi / Jean-Michel Bouat, in journée d&#039;étude &quot;Design &amp; stratégie pour activer le changement 1. L&#039;effondrement qui vient&quot; organisée par le laboratoire Lettres, Langages et Arts-Création, Recherche, Émergence, en Arts, Textes, Images, Spectacles (LLA-CRÉATIS) sous la responsabilité de Fabienne Denoual, Université Toulouse Jean-Jaurès, 6 mars  2017. “Les catastrophes écologiques qui se préparent à l’échelle mondiale dans un contexte de croissance démographique, les inégalités dues à la rareté de l’eau, la fin de l’énergie bon marché, la raréfaction de nombre de minéraux, la dégradation de la biodiversité, l’érosion des sols, les événements climatiques extrêmes... produiront les pires inégalités entre ceux qui auront les moyens de s’en protéger, pour un temps, et ceux qui les subiront. Elles ébranleront les équilibres géopolitiques et seront sources de conflits. L’ampleur des catastrophes sociales qu’elles risquent d’engendrer a, par le passé, conduit à la disparition de sociétés entières. C’est hélas, une réalité historique objective. [...] Lorsque l’effondrement de l’espèce apparaîtra comme une possibilité envisageable, l’urgence n’aura que faire de nos processus, lents et complexes, de délibération. Pris de panique, l’Occident transgressera ses valeurs de liberté et de justice.” (Michel Rocard, Dominique Bourg et Floran Augagneur, 2011). C’est ainsi que l’ouvrage essentiel de Pablo Servigne et Raphaël Stevens intitulé &quot;Comment tout peut s’ffondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes&quot; (2015) s’engage. Les auteurs y ont rassemblé les preuves de l’effondrement, non pas dans un domaine spécifique, mais dans une visée systémique qui entrecroise l’ensemble des domaines, mettant en évidence le fait que les effets se conjuguent, scellant l’extinction de nombreuses espèces, dont la nôtre. Et pourtant, face à cet implacable constat, la réponse reste majoritairement le déni. Nous ne chercherons pas à nous demander pourquoi. L’enjeu sera bien plus direct et pragmatique : Comment sortir du déni ? Comment s’y prendre ? Face à l&#039;effondrement à venir : quels sont les leviers de changement possibles dans différentes sphères d&#039;action : politique, associative, citoyenne, économique, recherche ?

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
L'assainissement des eaux usées. (Gestion des ressources en eau : des concepts aux territoires d'action.)

Après une partie théorique sur l'assainissement des eaux usées (les enjeux, la définition, les choix de dispositifs, les types de traitement, les boues d'épuration, la getsion), les auteurs proposent de répondre à des questions de synthèse non corrigées.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
Les utilisations de l'eau et leurs gestions. (Gestion des ressources en eau : des concepts aux territoires d'action.)

Les auteurs de cette ressource présentent la multiplicité des usages de l'eau par grands secteurs d'activités, leurs exigences en termes de disponibilité dans le temps et dans l'espace et en termes de qualité. De nombreuses cartes, des exercices corrigés ainsi que des références bibliographiques complètent le cours.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
Aquaculture en Méditerranée

En Méditerranée, l&#039;avenir réserve une place prépondérante à une aquaculture moderne basée sur l&#039;optimisation des rendements de l&#039;aquaculture traditionnelle. Cette optimisation passe par celle de la chaîne alimentaire et l&#039;enrichissement en sels minéraux du milieu marin naturel pauvre en phytoplancton (milieu oligotrophe) et permet d&#039;utiliser des zones spécifiques du littoral (lagunes, anciens marais salants) en vue de l&#039;élevage de différentes espèces de poissons (loup, dorade...). La condition sine qua non d&#039;une réussite de l&#039;aquaculture en Méditerranée est la protection de ces sites. Vues réelles - cinémicrographie - schémas animés.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
Surprenant désert (1989)

Sur la bordure atlantique de l&#039;Afrique australe, entre l&#039;Angola et l&#039;Afrique du Sud, s&#039;étend une zone aride, le Namib. La région centrale du désert du Namib est constituée de trois parties : la mer de sable, le désert de pierres et l&#039;oued Kuiseb. Les scientifiques de la station de Gobabeb mènent un programme de recherche en écologie désertique. Ils étudient la diversité et l&#039;originalité des adaptations des êtres vivants à un milieu désertique qui comporte de forts contrastes climatiques. Ils identifient systématiquement la faune et la flore, décrivent les différenciations morpho-physiologiques présentées par les végétaux des sables et observent les comportements remarquables d&#039;adaptation au milieu aride développés par certains animaux. Des écosystèmes particuliers sont aussi étudiés, comme le milieu des sources salées, dont la température peut atteindre 42 en profondeur. Ces sources abritent des algues, des animaux protozoaires microscopiques, des rotifères... L&#039;étude climatologique de la région permet de comprendre comment les êtres vivants mettent à profit l&#039;arrivée périodique des brouillards venant de l&#039;océan, par des comportements spécifiques leur permettant d&#039;absorber l&#039;eau. GénériqueDirection scientifique : COINEAU Yves (MNHN, Paris), SEELY Mary (Lab. Ecologie désertique du Gobabeb, Namibie) et THERON Pieter (Univ. Potchefstroom For Che, République Sud Africaine) Réalisateur : DEVEZ Alain R. (Ecotrop, URA CNRS, Brunoy) Production : CNRS AV

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
Les aiguilleurs de l&#039;eau (1999)

Tous les jours les habitants de lIle de France consomment trois milliards de litres deau qui se dirigent ensuite vers les égouts. Nous découvrons le réseau dacheminement des eaux usées et des eaux de pluie vers les stations dépuration. En arrière plan de cette gestion quotidienne, de grands travaux sont réalisés dans le but de polluer la Seine le moins possible. GénériqueUn reportage de Philippe Dorison Image : François Dumain, Mathieu Cosse Son : Yves Zysman, Mohamed Chekkoumy, Michel Perez Lumière : Vincent Flour, Martin Didek Remerciements : le CIAAP © France 3 Paris Ile de France centre / SCI octobre 1999

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
L&#039;eau potable (1992)

L&#039;eau potable est rare, préservons-là des pollutions ! GénériqueRéalisation : Jean Denis Robert Production : Execo

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
L&#039;azur en mesure (2001)

Le programme ESCOMPTE a été mis en place essentiellement pour constituer une base de données très détaillée destinée à valider les outils de modélisation de la pollution atmosphérique. Ces outils sont notamment dédiés à la pollution photochimique qui se manifeste davantage en été, dans les régions ensoleillées où l&#039;activité humaine est importante

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>