Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil

Vous recherchez une ressource pédagogique numérique dans le domaine de l’environnement et du développement durable ?

Ce moteur de recherche permet de rechercher des ressources parmi différentes catégories :

  • Celles des établissements adhérents d'UVED où vous trouverez les ressources propres à ces établissements
  • La catégorie "Ressources UVED" qui rassemble les ressources financées ou co-financées par UVED via ses appels d'offres

Ressources inventoriées grâce au format Dublin Core

Résultats

1539 résultat(s)

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 >>


9. L&#039;économie du châtaignier

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Depuis quelques années, la filière castanéicole a beaucoup évolué, passant d&#039;une production essentiellement vivrière, familiale, à une production transformée et commercialisée. L&#039;Europe du Sud, méditerranéenne, reste une des principales zones de production mais surtout la plus importante zone d&#039;importation et de transformation. Quant à l&#039;Asie, et surtout la Chine, qui ont toujours été des pays producteurs et consommateurs importants, ils connaissent aujourd&#039;hui un regain de production et surtout d&#039;exportation.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
10. Foresterie et utilisations du bois de châtaignier

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Le bois du châtaignier est naturellement durable en raison de sa forte teneur en tanin qui lui confère une grande résistance aux diverses agressions : champignons, insectes et éléments naturels. Son utilisation passée et actuelle est ainsi très variée. Certains usages ont aujourd&#039;hui quasiment disparu mais d&#039;autres perdurent : comme la menuiserie et l&#039;ébénisterie, le bois de charpente et d&#039;ossature, la fabrication de meubles ou de parquets, le bois de chauffe. La vannerie a toujours été une valorisation artisanale importante et spécifique au bois de châtaignier, un bois souple et facile à travailler.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
11. La transformation de la châtaigne

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Le problème majeur de la châtaigne, c&#039;est sa conservation. En réalité, la châtaigne n&#039;est pas un fruit, ni un fruit sec, mais une graine très riche en amidons, qui fermente rapidement si l&#039;on ne prend pas toutes les précautions pour la conserver. Si l&#039;on a parlé de &quot;civilisation du châtaignier&quot;, c&#039;est aussi parce que les hommes ont su trouver des solutions au fil des siècles pour conserver cette graine durant plusieurs mois, pour &quot;faire la soudure&quot; jusqu&#039;à l&#039;arrivée des premières récoltes de céréales. Une des méthodes de conservation, la plus traditionnelle, passe par le séchage dans de petites constructions (appelées clèdes dans les Cévennes, secadors dans le Rouergue). A la sortie, on obtenait les &quot;châtaignons&quot; ou &quot;auriols&quot; qui pouvaient se consommer toute l&#039;année, qui pouvaient aussi être moulus et transformés en farine notamment en Corse. Du fait de ses multiples utilisations, cette farine a produit un éventail d&#039;applications culinaires beaucoup plus large que pour le &quot;châtaignon&quot;, sa matière première : fabrications de pains (sans gluten), de pâtisseries, de beignets, de polenta, de crêpes. Les autres utilisations de la châtaigne sont issues d&#039;une filière humide : marrons glacés, châtaignes sous vide, confitures et crèmes sont aussi abordées dans ce film.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
12. Mise en valeur de la châtaigneraie à travers les espaces protégés

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Le Massif Central et la Corse disposent de plusieurs Parcs où le châtaignier occupe un espace plus ou moins important. Les Parcs Naturels Régionaux ont pour objectif d&#039;harmoniser protection de la nature et développement économique. Le Parc National des Cévennes accompagne la démarche, en cours, AOC. Le Parc National des Cévennes a aussi participé à de nombreuses recherches sur l&#039;écologie du châtaignier et il a défini une politique d&#039;accompagnement en matière économique et patrimoniale de sa zone périphérique. Les Parcs Nationaux et les Parcs Naturels Régionaux participent également à la démarche européenne Natura 2000 et tout particulièrement à la mise en place de mesures agri-environnementales.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
13. Le châtaignier, pays et terroirs européens

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Dans l&#039;Europe du Sud-Ouest, les pays de la châtaigneraie sont l&#039;Italie, la France, l&#039;Espagne et le Portugal. Ces quatre pays, durant cinq siècles, ont connu une certaine prospérité grâce à cet arbre et ont été les plus importants, en Europe de l&#039;Ouest, pour la production de châtaignes. En fait, le châtaignier est un arbre du Sud de l&#039;Europe méditerranéenne, mais sa présence très forte dans les Asturies et la Galice en Espagne, ainsi que dans la haute vallée du Douro au Portugal, nous montre qu&#039;il s&#039;est aussi très bien adapté sur la partie atlantique de l&#039;Europe. Le Portugal, à travers quatre zones d&#039;appellation d&#039;origine protégée (DOP), a su conserver et valoriser ses variétés traditionnelles. Bien sûr, ces variétés ont été sélectionnées pour répondre à une demande du marché international (Europe et USA) en frais. Cette production, bien que moderne et à l&#039;échelle d&#039;une région, suit des pratiques ancestrales où les châtaigniers sont associés à d&#039;autres cultures potagères, céréalières ou fruitières. En Espagne, les zones de production sont moins regroupées et des provinces telles que les Asturies tentent de mettre en place des programmes pour endiguer les maladies du bois de châtaignier.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
14. Le renouveau et l&#039;avenir de la castanéiculture

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Autrefois, le châtaignier était un arbre essentiel à la survie des populations des régions aux ressources agricoles insuffisantes. Aujourd&#039;hui, après un long abandon des châtaigneraies dans toute l&#039;Europe méditerranéenne et jusqu&#039;au littoral atlantique (Galice et Portugal), des efforts sont réalisés un peu partout pour les réhabiliter et les revaloriser. Car désormais, le châtaignier, ses fruits et son bois, image d&#039;authenticité, retrouve un regain d&#039;intérêt auprès des consommateurs. Des exploitants agricoles ont compris qu&#039;il existe un réel intérêt économique à relancer ce type d&#039;arboriculture qui demande moins de main d&#039;oeuvre que d&#039;autres productions fruitières. Mais la châtaigneraie est aussi au coeur des préoccupations des collectivités et des associations quant au développement de certains territoires et zones sensibles. L&#039;avenir du châtaignier est certainement là : au-delà de sa fonction économique, c&#039;est son rôle dans la politique régionale qui doit être considéré, pour que des régions aux équilibres fragiles continuent de garder un visage humain.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
14. Le châtaignier, pays et terroirs européens Espagne, terre de châtaigniers

L&#039;Espagne, depuis l&#039;époque romaine, a connu un développement de sa castanéiculture proche du modèle français. Aujourd&#039;hui, sa production est supérieure à la production française en termes de volumes. Pourtant, la castanéiculture espagnole n&#039;est guère organisée, avec très peu de structures d&#039;encadrement, de coopératives (hormis en Andalousie et Extrémadure). Les producteurs sont dépendants des collecteurs et les structures de transformation sont peu nombreuses dans le pays. Les producteurs, âgés pour la plupart, malgré un attachement très fort à leurs châtaigneraies, ne peuvent développer une castanéiculture réellement professionnelle. La qualité de la production espagnole est pourtant reconnue puisque la France et l&#039;Italie sont les principaux acheteurs européens des châtaignes espagnoles. De nombreuses variétés ont été préservées à travers tout le pays. Après un rapide panorama de la castanéiculture espagnole dans son ensemble (surfaces, aires et volumes de production), ce film nous conduit surtout en Galice où deux producteurs témoignent du passé castanéicole de leur région et du devenir possible de la châtaigne, grâce au fort potentiel économique que représente encore cette ressource. Ici, comme ailleurs en Europe, l&#039;importance du châtaignier va bien au-delà de la simple valeur financière de sa production fruitière.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
15. L&#039;évolution des paysages de la châtaigneraie : 1, la vallée du Viaur, Aveyron / Tarn

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Les paysages de châtaigneraies sont souvent emblématiques. Cette première étude paysagère nous montre l&#039;évolution, au cours des cent dernières années, des versants de la vallée du Viaur dans les Ségalas. Aujourd&#039;hui, l&#039;organisation de l&#039;espace s&#039;est inversée. Les pentes des versants non mécanisables sont abandonnées et des plantations de résineux ont été réalisées dans les années 1980. Les plateaux sont intensément cultivés du fait des apports de chaux, d&#039;engrais et de la facilité de les mécaniser. Les châtaigneraies sont arrachées ou abandonnées dans leur grande majorité, seuls quelques reliquats continuent d&#039;être utilisés.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
16. L&#039;évolution des paysages de la châtaigneraie : 2, les Cévennes.

Ressource non labellisée UVED - En cours d&#039;expertise Dans les Cévennes, le maximum de population des années 1870 voit la construction d&#039;un paysage très organisé, par étages, pour des besoins de complémentarité de l&#039;espace. Aujourd&#039;hui, le paysage s&#039;est profondément transformé avec la déprise agricole et l&#039;arrivée de néo-ruraux. Les villages se sont dépeuplés, des fermes sont abandonnées ou reconverties en résidences secondaires. Il n&#039;y a plus de cultures et beaucoup de terrasses sont abandonnées. La châtaigneraie est colonisée par d&#039;autres essences ou remplacée par des plantations de résineux destinés à l&#039;origine aux étais des mines d&#039;Alès. Les châtaigneraies encore entretenues sont résiduelles malgré une petite relance de la production depuis les années 2000 grâce à l&#039;aménagement d&#039;ateliers collectifs ou privés de transformation des châtaignes.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
Holothuries, un potentiel inexploité !

L’holothurie, encore appelée concombre de mer, trépang ou bêche de mer, est un animal méconnu. Cet organisme, à l’allure bizarre, est un échinoderme tout comme l’oursin ou l’étoile de mer. L’holothurie a un rôle majeur dans le fonctionnement des écosystèmes en homogénéisant et enrichissant le sédiment, un peu comme les vers de terre en milieu terrestre. En d’autres termes, cet animal détermine la structure de l’habitat d’autres espèces. Animal souvent grégaire, il forme une part non négligeable de la biomasse de l’écosystème. L’holothurie présente également un fort intérêt dans les pêcheries. En effet, les bêches de mer sont un mets très prisé dans les pays asiatiques crues ou cuites (plusieurs milliers de tonnes consommées par an). Elles sont également utilisées dans la pharmacopée traditionnelle chinoise. De nombreuses études scientifiques ont mis en évidence, entre autres, des substances aux propriétés anti-tumorales, antifongiques. Toutes ces caractéristiques font de l’holothurie un organisme modèle pour la co-culture. Par Nadia AMEZIANE, professeur du Muséum National d&#039;Histoire Naturelle, chef de la Station Marine de Concarneau.

Voir la fiche documentaire (Dublin Core)
<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 >>