fermer
Enjeux et perspectives de la surveillance au niveau national dans les CIRes

Session Quelles perpectives de surveillance ? Depuis les années 1980, les enquêtes épidémiologiques ont évoqué l’implication des pesticides dans plusieurs pathologies chez des personnes exposées professionnellement à ces substances, en particulier des pathologies cancéreuses, des maladies neurologiques et des troubles de la reproduction. Ces enquêtes ont également attiré l’attention sur les effets éventuels d’une exposition même à faible intensité lors de périodes sensibles du développement (in utero et pendant l’enfance). Plusieurs expertises collectives ont confirmé ce constat. La loi d’avenir portant sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt a introduit en 2014 dans le Code rural la mise en place un dispositif de «phytopharmacovigilance» pour surveiller les effets indésirables des produits phytopharmaceutiques sur l’homme, les animaux d’élevage (dont l’abeille domestique), les plantes cultivées, la biodiversité, la faune sauvage, l’eau et le sol, la qualité de l’air et les aliments, ainsi que l’apparition de résistances à ces produits. Le dispositif renforce le champ de l’évaluation des risques. Alors que, malgré des dynamiques nouvelles, l’agriculture reste dépendante des produits phytosanitaires, le risque associé à leur utilisation est à l’origine de crispations sociétales récurrentes conduisant, dans certains cas motivés, les autorités à adopter de nouvelles mesures de gestion au niveau local. La conférence a été donnée dans le cadre de la rencontre scientifique "Pesticides et Santé en Nouvelle Aquitaine : état des connaissances", qui s'est tenue à Bordeaux le 3 février 2017

(Voir)